L’impact "zero" d’un point de vue carbone n’existe pas car l’électricité, quelque soit son mode de production, génère des émissions de gaz à effet de serre sur son “cycle de vie”. La combustion des combustibles (charbon, hydrocarbures, etc.), la fabrication des moyens de production (matériaux (béton, acier, métaux), transformation, assemblage), et le transport et la distribution (entretien des lignes électriques) de l’électricité a un impact sur le changement climatique.

En revanche, l’empreinte carbone de la production d’électricité diverge fortement en fonction du mode de production. L’électricité produite à partir d’énergie fossile est celle qui pollue le plus (d’abord le charbon autour de ~1000gCO2eq/kWh, puis le gaz naturel autour de ~500gCO2eq/kWh). L’électricité produite à partir de sources renouvelables telles que l’éolien, le solaire ou la géothermie pollue assez peu (moins de ~50gCO2eq/kWh pour le solaire ou la géothermie et moins de ~20gCO2eq pour l’éolien ou l’hydraulique). L’électricité nucléaire pollue également assez peu (moins de ~20gCO2eq/kWh). Ces chiffres sont issus de l’analyse détaillée du GIEC.Il est important de noter que le changement climatique n’est pas le seul indicateur environnemental à prendre en compte. La production d’électricité, comme la majorité des activités humaines, a de nombreux autres externalités négatives sur l’environnement (artificialisation des terres, impact sur les écosystèmes (dont la biodiversité), déforestation, production de déchets radioactifs pour le nucléaire, etc.).

Rappelle-toi que l'énergie la moins chère et la moins polluante est celle que nous ne consommons pas !